La Guylhostière

Découvrir l'histoire de la Guyhostière à Lyon

Histoire

L’histoire lyonnaise dit que les druides de l’Isle Barbe (Saône) venaient chercher leurs guis à la Guillotière ; il y avait aussi de nombreuses auberges à une certaine époque, d’où le terme GUYLHOSTIERE.


En effet, ce serait ne rien dire que de définir La Guillotière comme ayant été le principal faubourg de Lyon : depuis la très belle thèse de Yannick Jambon, sa situation en faisait incontestablement le type achevé de l’agglomération de tête de pont, en l’espèce, du pont du Rhône, point essentiel de franchissement vers le Dauphiné, le duché de Savoie et les états italiens. D’où l’importance de son axe, de sa grande « rue » qui, après avoir vu passer les Croisades et les armées de guerres d’Italie, redevenait à chaque belle saison le lieu de passage des marchandises venues d’Orient via l’Italie, notamment les soies brutes et les épices portées par des caravanes de mulets, mais aussi, des marchandises méridionales venues de Provence et le Dauphiné.

De tout temps, ce site justifia l’exercice d’activités directement liées à ces trafics : celles des charrons, des maréchaux-ferrants, des écuries, des entreprises de roulage ainsi que des auberges, qui accueillaient tous ceux qui arrivaient trop tard, après la fermeture des portes du pont du Rhône, celui de la Guillotière.

André Combalot

André Combalot (1770-1841) fut une personnalité aux multiples facettes, connu comme « ingénieur » pour la création du quartier éponyme, et comme bienfaiteur de l’église Saint-André. Il était aussi un brasseur qui s’était établi tout à proximité du pont de la Guillotière. Avec pugnacité et ingéniosité, il fera sortir de terre les immeubles résidentiels qui bordent la partie sud-ouest du cours Gambetta et l’est de la place Raspail jusqu’au futur cours Saint-André (rue de Marseille).


Lorsque le 7 ème arrondissement est créé, par la loi du 8 mars 1912 qui le détache du 3 ème arrondissement, le paysage urbain est évidemment totalement différent de celui que nous connaissons aujourd’hui.

Nous vous invitons à aller consulter l’ouvrage

« LYON DE LA GUILLOTIERE A GERLAND », le 7ème ARRONDISSEMENT

1912-2012, sous la direction de Dominique BERTIN, aux éditions Lyonnaises d’Art et d’Histoire.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.